hypnose

Sophie TOURNOUËR Hypnothérapeute et Psychologue Clinicienne à Paris

Sophie Tournouer, hypnotherapeute à ParisHypnose ericksonienne

Psychologue clinicienne

Thérapeute familiale

Thérapies brèves orientées solutions

Thérapies Narratives 

 



Articles rédigés pour les abstracts du Congrès d'Hypnose & Thérapie Brève Liège 2007

 
Cabinet d'Hypnose et Thérapies Brèves de Paris 11
41, rue Oberkampf
Paris 75011
France

Milton Erickson. Les paris de l'Hypnose Ericksonienne

L'HYPNOSE ERICKSONIENNE
Milton Hyland ERICKSON

milton erickson, hypnose ericksonienne

(1901 - 1980)

Le docteur Milton Erickson était un psychiatre américain, connu et reconnu. Dans un premier temps, il a exercé dans différents hôpitaux d'État puis s'est installé en cabinet privé à Phœnix (Arizona) en 1949.

A partir de cette période, il a donné bon nombre de conférences et séminaires dans différentes villes des États-Unis. Il a été, entre autres, Président de l'American Society of Clinical Hypnosis ainsi que fondateur et rédacteur en chef de l'American Journal of Clinical Hypnosis.

Dès la faculté, son intérêt s'est porté sur l'hypnose et les phénomènes hypnotiques. Ses études, recherches, découvertes et développements lui ont permis d'avoir un rôle essentiel dans le renouveau de l'hypnose.

Sa renommée et son extraordinaire talent lui ont valu d'inspirer les nouvelles thérapies telles que la thérapie systémique, les thérapies brèves et la programmation neurolinguistique. Jay Haley, praticien en thérapie familiale et stratégique, le nomme "Un thérapeute hors du commun".

BIOGRAPHIE

Milton H. Erickson est né le 5 décembre 1901 dans une ville minière du Nevada où sont venus s'installer ses parents. Puis la famille repart dans une ferme du Wisconsin où il grandit et passe son enfance. Sa scolarisation permet de découvrir quelques handicaps : amusie et arythmie (perte de la capacité à percevoir les rythmes musicaux), on l'a dit aussi dyslexique et daltonien. Ces premières difficultés se transformeront plus tard en expérience et il les utilisera en thérapie.

D'ailleurs le "sage de Phœnix" a beaucoup puisé dans ses propres souvenirs comme dans les expériences de ses patients pour raconter des histoires, créer des métaphores.

A l'âge de 17 ans, il est atteint d'une attaque de poliomyélite. Il entend un soir les médecins annoncer à sa mère qu'il est condamné et qu'il ne verra probablement pas l'aurore. Le jeune Milton demande alors que les meubles de sa chambre soient changés de place de manière à pouvoir contempler le lever du soleil le lendemain matin.

Son vœu est exhaussé et il peut admirer le lever du soleil. Mais il sombre dans le coma et à son réveil, trois jours plus tard, il est paralysé. Seuls ses yeux restent mobiles et ses oreilles attentives. Pendant des mois, il a tout le temps d'observer, écouter, ressentir le monde autour de lui. Un de ses principaux sujets d'observation est sa petite sœur qui apprend à marcher. Il étudie comment se fait l'apprentissage de la marche et s'exerce à retrouver ou visualiser mouvements et sensations dans son corps. C'est ainsi qu'il fait sa propre rééducation.

A 21 ans, il entre en première année de médecine et c'est en troisième année qu'il découvre l'hypnose avec les séminaires du Dr Hull (1923-1924).

Il se marie une première fois en 1923. De cette union naîtront trois enfants. La séparation intervient 10 ans plus tard et c'est lui qui a la garde des enfants.

En 1928, il est médecin et exerce en psychiatrie comme assistant au Rhode Island State Hospital, puis devient chef du service de recherche au Worcester State Hospital dans le Massachussetts, de 1930 à 1934.

Il s'installe dans le Michigan en 1934 où il est nommé directeur de la recherche psychiatrique au Wayne County Hospital. Cette même année, il rencontre la psychologue Elisabeth Moore dont il aura 5 enfants. Sa deuxième femme restera à ses côtés jusqu'à sa mort. De 1939 à 1948, il est directeur de la recherche et de la formation psychiatrique.

Le climat humide et froid du Michigan lui provoquant allergies et douleurs (séquelles de la polio), il part pour l'Arizona avec sa famille et ouvre un cabinet en libéral à son domicile de Phoenix.

Une deuxième attaque de poliomyélite l'atteint à l'âge de 51 ans. C'est la douleur plus que la paralysie qui le fait souffrir. Et malgré cela, il poursuit son exercice, ou plutôt son art, et continue ses consultations, conférences, enseignements et recherches sur l'hypnose.

Il décède le 25 mars 1980 d'un choc infectieux.

 

Hypnose et Anti-Dépresseurs.L'hypnose peut prévenir l'utilisation d'antidépresseurs. L'Express

A l'occasion du Congrès "Dépressions, hypnose et thérapie brève", qui s'est tenu à Saint Malo, le docteur Claude Virot, psychiatre à Rennes, redessine les contours d'une pratique encore méconnue.

En quoi consiste l'hypnose?

Contrairement à ce que les gens imaginent, l 'état hypnotique est assez banal. Lorsque vous vous focalisez sur un élément précis, en oubliant ce qui est autour de vous, vous êtes dans un état de transe. L'hypnose consiste à réactiver cette transe, cette focalisation centrée sur un objet. Il convient par ailleurs de distinguer l'hypnose formelle de l'hypnose conversationnelle: la première regroupe un ensemble de techniques, comme le fait de se concentrer sur un élément heureux du passé ou d'imaginer un futur agréable; quant à la seconde, elle procède d'une forme de communication particulière. Utiliser certains mots, ralentir sa voix, privilégier certaines formules verbales, accentuer les termes positifs, bannir l'utilisation de la forme négative, sont les piliers de cette hypnose conversationnelle. 

L'hypnose est un bon moyen de prévenir l'utilisation d'antidépresseurs

Hypnose Ericksonienne, définition. Qu'est-ce que l'hypnose ericksonienne

Milton Erickson. Hypnose Erickson


L'hypnose ericksonienne est issue de la pratique de Milton Erickson (1901-1980).

L'hypnose ericksonienne est caractérisée par une approche souple, indirecte (métaphores) et non dirigiste (contrairement à l'hypnose traditionnelle), cette forme d'hypnose a donné naissance à de nombreux courants de psychothérapie moderne :
- thérapie familiale,
- thérapie brève stratégique
- thérapie brève systémique
- programmation neuro-linguistique (PNL), etc...

Utilisée en psychothérapie, l'hypnose ericksonienne se situe dans une optique courte : on considère généralement que trois à dix séances, sur une durée de quelques semaines à quelques mois sont suffisantes, même pour des problèmes lourds et, cela sans « rechute » ou « substitution de symptôme ».

Le Centre de thérapie familiale de Milwaukee a ainsi étudié 5 000 cas, sur 10 années, où le problème a pu être réglé à la première séance dans 60 % des cas, et sans aucune substitution de symptôme ou rechute, dans aucun des cas.


* Annuaire des Praticiens Thérapeutes en Hypnose Ericksonienne
* La vie de Milton Erickson

Dr Claude VIROT.Recherches et succès cliniques de l'hypnose contemporaine

Longtemps en quête de légitimité, l'hypnose est aujourd'hui bien connue des professionnels de santé et du grand public. Pourtant, elle mérite encore d'être définie et de façon très concrète. Dans quel cas utiliser l'hypnose ? Et surtout comment ?
Ce livre fait le point sur les dernières études cliniques mises à la disposition du corps médical et des thérapeutes.
II s'articule autour de 3 axes : changement de phases du cycle de la vie ; pathologies aiguës ; pathologies chroniques.
L'hypnose comme alternative pertinente aux médicaments, peut aider à franchir les étapes, malheureuses ou heureuses, qui surviennent immanquablement au cours de la vie. Ces événements peuvent créer des troubles aigus : angoisse, peur, dépression. L'hypnose doit alors représenter une aide thérapeutique en première intention avant que les troubles ne deviennent chroniques.
Ce livre est un recueil d'expériences cliniques qui montrent toute l'originalité et l'efficacité de l'usage de l'hypnose en santé. Les processus mis en place, l'accompagnement du patient actif et de manière générale les nouvelles orientations de la médecine du XXIe siècle.
Pour des bases plus conceptuelles, consulter l'ouvrage du même auteur, Hypnose contemporaine et thérapies brèves : le temps de la maturité (Éd. Le Souffle d'Or).
 

Biographie de l'auteur

Le Dr Claude Virot pratique l'hypnose ericksonienne depuis vingt ans. Ex-président et vice président actuel de la CFHTB. Directeur d'Emergences-Rennes, il forme les professionnels de santé à l'hypnose depuis 1992, et a créé pour la première fois en France une formation spécifique pour les anesthésistes.


Pour commander ce livre cliquez ici

 

Traitements des Crises d'Angoisse et des Attaques de Panique: Des Solutions en Hypnose...

Traitements des Crises d'Angoisse et des Attaques de Panique: Des Solutions en Hypnose...

Formation Hypnose Paris, Supervision, étude clinique.

Crise d'Angoisse,Attaque de Panique, Traitements & Solutions en Hypnose.Formation Hypnose Paris,Supervision,étude clinique

College d'Hypnose Ericksonienne Paris
Hypnose & Thérapie Brève Paris

Supervision, étude de cas cliniques:

  • Peux-t-on vraiment trouver des solutions face aux attaques de panique et aux crises d'angoisse ?

  • Le Trouble Panique

Formation Supervision Hypnose Paris:

Les crises d'angoisse et les attaques de panique

 

En savoir plus...


 

Hypnose Ericksonienne, 7ème Forum de la Confédération Francophone d'Hypnose et Thérapies Brèves

7ème Forum de la Confédération Francophone Hypnose & de Thérapies Brèves

2,3 et 4 juin 2011

Osez surfer sur Un océan d'énergie créatrice

Une vague de bien-être
Une vague d'émotion
Une vague d'échanges
Avec une vague d'avance


En détaillant le domaine immense des indications de ces thérapies, nous proposons ci après, un certain nombre de thématiques (possibles, c'est à dire non obligatoires et non exhaustives), pour permettre à des autorités de tutelle en matière de santé, ou à des société intéressées, de partager leur point de vue avec les thérapeutes.


Lire la suite suite:
1/ www.cfhtb2011.org
2/ www.hypnose-ericksonienne.org/VII-eme-Forum-de-la-Confederation-Francophone-Hypnose-de-Therapies-Breves

Hypnose: état hypnotique

DEFINITION DE L'HYPNOSE

Définir l'état hypnotique n'est pas une chose simple. Cette technique, connue depuis l'antiquité, est toujours entourée d'un halo de mystère auprès du grand public. Elle suscite crainte, méfiance, et paradoxalement une évidente attraction.

L'état Hypnotique s'accompagne de toute une série de phénomènes appelés phénomènes Hypnotiques, qui vont de la sensation d'engourdissement et de somnolence, aux "hallucinations" visuelles et auditives, en passant par des sensations de lourdeur avec impossibilité de bouger les membres, d'analgésie...etc.

En fait, l'état Hypnotique,
n'est qu'un état de conscience modifié.

Liébault parle d'un sommeil provoqué avec exaltation de la suggestibilité, et Bernheim le définit comme un état psychique particulier susceptible d'être provoqué et qui augmente à des degrés divers la suggestibilité.
Pour Pavlov, l'état Hypnotique est un état intermédiaire entre la veille et le sommeil. Il s'agirait d'un état physiologique bien particulier du cerveau, ni un état de vigilance, ni un état de sommeil avec perte de conscience comme on l'a bien souvent cru.

Mais il faut bien garder en mémoire que la relation entre l'hypnotiseur et l'hypnotisé représente la plus ancienne relation psychothérapique. La psychanalyse s'est fondée en bonne partie sur l'étude et la critique de cette relation : elle l'à, à son tour, rendue intelligible en permettant d'entrevoir les lois qui la régissent.

Pendant la décennie 1880-1890, marquée par la lutte passionnée entre les écoles de Nancy et de la Salpétrière, un bouillonnement d’idées fécondes et un énorme développement des recherches attirèrent en France un grand nombre d’étrangers. Parmi eux se trouvait Freud, qui profita successivement des leçons de Charcot, et de celles de Bernheim. Ce furent pour lui des enseignements décisifs qui le menèrent vers la découverte de la psychanalyse.

À la mort de Charcot, commençera le déclin de l’hypnose, qui fut presque total en France, où seul Pierre Janet continua de s’y intéresser. Ce déclin fut cependant moins marqué à l’étranger et un certain renouveau se manifesta après la Première Guerre mondiale pendant laquelle l’hypnose s’était révélée utile dans le traitement des névroses chez les combattants. Des recherches furent alors entreprises particulièrement aux États-Unis et, en U.R.S.S., par l’école pavlovienne. Mais ce n’est qu’après la Seconde Guerre mondiale qu’elles se multiplient, surtout aux États-Unis. En France, la réhabilitation de l’hypnose s’amorce vers 1950, avec les travaux de Léon Chertok et du Pr Raphael Chercheve.

JACOBSON & l'Hypnose

Edmund JACOBSON et l'Hypnose
Ou la relaxation progressive

 

La méthode de relaxation de Jacobson coïncide dans le temps avec celle de Schultz.

Elle veut cependant s'en écarter complètement, rejetant toute idée de suggestion et, par conséquent, d'hypnose.

Refusant de se joindre aux théories psychanalytiques, elle choisit délibérément de se fixer à un niveau purement physiologique. Jacobson en fait pourtant une véritable méthode de psychothérapie .

Il publie en 1938 un premier livre intitulé " la relaxation Progressive ", dans lequel il explique ses idées scientifiques, livre suivi par un autre ouvrage pour le grand public : " You Must Relax " (vous devez vous relaxer ).

Dans son dernier livre, " Le Traitement Moderne des Patients Tendus ", Jacobson écrit : " Les médecins ont affaire "à des patients tendus. Cela est souvent vrai sans qu'ils en "prennent conscience, leur attention se portant plus sur les "plaintes du patient que sur son comportement...Or, la "majorité des patients ont leurs symptômes à cause de leur état "de tension assez excessif, associé ou non à des symptômes "organiques."

Il parle ensuite de l'échec des méthodes suggestives et hypnotiques, les rejetant, ainsi que la méthode psychanalytique.

Pour Jacobson, la dépendance du patient n'est pas souhaitable.

Il faut ce dernier responsable et ne pas lui offrir de garantie d'efficacité.

Jacobson, en scientifique et en rationaliste, veut apprendre au patient à s'observer et à s'assurer de ses expériences subjectives au moyen de mesures objectives.

Pour cela, il met au point un appareil, l'électro-neuro-myomètre, qui permet, en mesurant le degré de concentration musculaire, d'objectiver le degré de contraction ou de décontraction du patient.

Une tension musculaire répétée entraîne une tension psychique indéniable.

Jacobson pense qu'il existe une relation entre le vécu émotionnel et le degré de tension musculaire.

Grâce à l'électro-neuro-myomètre, il peut montrer que le simple fait de penser qu'on va agir entraîne automatiquement des variations de tension musculaire dans la sphère envisagée.

Ainsi, l'intention de parler entraîne des contractions musculaires minimes dans le larynx et dans les muscles de la face.

Si, à cette tension d'activité, s'ajoute une forte émotivité créée par une peur incontrôlée, cette tension va croître dans des proportions indésirables.

Ce sont ces tensions continues et répétées qui finissent par causer de nombreux troubles psychosomatiques chez les patients hypertendus, physiquement et psychiquement.

Jacobson crée donc une méthode dont le but est la réduction volontaire du tonus musculaire au repos : c'est la méthode de relaxation progressive.

La relaxation, pour Jacobson, ce n'est pas apprendre à dormir ou à se reposer mais, au contraire, apprendre à se conduire plus efficacement, avoir une meilleure économie d'énergie pour un meilleur rendement.


EN CONCLUSION :

Il s'agit ici d'une méthode de relaxation qui est purement physiologique, et qui refuse d'aborder la sphère psychologique en tant que telle.

C'est pourquoi Durand De Bousingen classe cette méthode de relaxation dans ce qu'il appelle les méthodes analytiques et périphériques : analytique parce que la relaxation se fait en analysant systématiquement les sensations dans chaque muscle et dans chaque région du corps ; périphérique parce que cette relaxation s'occupe plutôt des muscles, c'est-à-dire plus de la périphérie que du cerveau, le centre.

La relaxation de Jacobson apprend à reconnaître les tensions musculaires résultant des tensions émotionnelles et à les relâcher, c'est-à-dire à obtenir un meilleur contrôle de soi-même et des sensations musculaires.

Pour Jacobson, cette façon de faire s'intègre parfaitement dans une véritable psychothérapie, puisqu'elle touche la personnalité toute entière par le biais du muscle.

La méthode de Jacobson s'oppose donc à celle de Schultz dans son essence, dans sa conception, dans sa psychophysiologie mais peut-être pas tellement dans son but.

De nos jours, cette technique longue et compliquée n'a plus qu'un intérêt purement historique.

SCHULTZ & l'Hypnose

LE TRAINING AUTOGENE DE SCHULTZ, HYPNOSE OU AUTO-HYPNOSE ?


Training Autogene SchultzLa méthode du training autogène, qui est appelée aussi par Schultz " méthode de relaxation par auto-décontraction concentrative ", est née des recherches sur le sommeil et sur l'hypnose par Vogt et Brodman entre 1894 et 1903 à Berlin.
Ils avaient observés que certains patients, ayant subi de nombreuses séances d'hypnose, étaient capables par eux-mêmes, de se replonger dans un état similaire.

Au cours de cet état d'auto-hypnose apparaissaient des sensations de lourdeur et de chaleur accompagnées d'un effet remarquable de récupération.
Ils avaient remarqués que ces exercices mentaux, pratiqués plusieurs fois par jour, réduisaient de façon notable les effets du stress, de la fatigue et de la tension.

Schultz est né en Basse-Saxe en 1884. Il étudie la médecine à Lausanne et en Allemagne, et se spécialise en psychiatrie sous la direction de Richard STERN et de HERLICH.

En 1905, il explore les potentialités de l'hypnose et des diverses formes de suggestion.
Il est nommé professeur de psychiatrie en 1915 à Iéna, et écrit son premier grand ouvrage, "le traitement psychologique des patients", durant la guerre de 14-18.
En 1932, après 10 ans d'observations cliniques et expérimentales, il publie sa première édition du " Training Autogène ".(TAS)

L'oeuvre de Schultz est considérable et intéresse non seulement la psychothérapie et la neuropsychiatrie, mais également la médecine interne, la dermatologie et l'immunologie.
Schultz est un psychanalyste de la 1ère heure et il fit la connaissance de FREUD en 1911.
Alfonso CAYCEDO, père de la Sophrologie Caycedienne, l'a connu et Schultz devait même présider le 1er Congrès Mondial de sophrologie, mais il eu la mauvaise idée de décéder quelques mois auparavant.

Schultz avait découvert, en cherchant une méthode opposée à l'hypnose, c'est-à-dire sans suggestion et sans lien de dépendance entre l'hypnotiseur et l'hypnotisé, " la possibilité, pour certains individus cultivés et à l'esprit critique, d'entrer dans l'état particulier d'hypnose par une action volontaire et personnelle".
L'hypnose réalisait un état de déconnexion physique et mentale mettant l'organisme au repos et permettant l'utilisation de la suggestion à visée thérapeutique.

Des exercices qui mettent l'esprit et le corps au repos.
En procédant à de nombreuses séances d'hypnose, notre éminent Pr Schultz avait remarqué, comme l'avait déjà fait son maître VOGT, qu'au début de l'induction hypnotique, les patients éprouvaient avec une régularité constante une série de sensations corporelles amenant cet état de déconnexion qu'est l'état hypnotique.
Il eut alors l'idée géniale de faire éprouver a priori ces sensations corporelles à ses patients de façon à les mettre dans un état voisin de l'hypnose.
Il eut l'agréable surprise de constater que les résultats confirmaient ses prévisions.
Le principe de la méthode de Schultz consiste donc en des exercices physiologiques rationnels déterminés (sensations de lourdeur, de chaleur, etc... ), destinés à mettre l'esprit et le corps au repos.
La méthode de Schultz est une méthode personnelle, "responsable ", d'entraînement à l'auto-hypnose, réduisant au minimum la suggestion provoquée par un opérateur. Elle peut être appliquée à une très large variété de désordres physiques et psychiques.

LES APPLICATIONS :
Le T.A.S., méthode d'entraînement personnel à la relaxation, peut être utilisé à titre préventif, mais aussi et surtout en médecine psychosomatique et, bien sûr, en psychothérapie.
Cette méthode a été pratiquée avec succès dans les troubles neuro fonctionnels, tels que les céphalées, les palpitations, les hypertensions, les dysménorrhées, les états d'angoisse, les insomnies, les tremblements, les névralgies, etc...
D'excellents résultats ont été obtenus dans certains cas d'asthme bronchique, d'ulcère à l'estomac, de troubles digestifs .
Enfin, des succès ont été enregistrés dans des cas d'impuissance masculine, de frigidité, de douleurs de la sphère génitale.
Le T.A.S. est indiqué dans bien d'autres affections, et les exemples d'applications pratiques bénéfiques sont de plus en plus nombreux.
Enfin, le T.A.S. a été utilisé comme complément de l'entraînement sportif aux Jeux Olympiques (Pr Raphaêl CHERCHEVE), et au niveau des entreprises, en remplacement ou comme adjuvant de la gymnastique de pause, dans un but de récupération, de détente et, par conséquent, de meilleure efficacité professionnelle.

EN CONCLUSION :
La méthode du T.A.S est une méthode d'entraînement personnel à l'auto-hypnose, utile pour le praticien lui-même et, bien sûr, pour un bon nombre de patients.
Mais signalons tout de même que cette méthode d'entraînement plonge le patient dans un état de déconnexion organismique voisin de l'état hypnotique mais non similaire. Il s'agirait donc d'une méthode née de l'hypnose mais non hypnotique.
Le débat reste cependant ouvert, l'objectivation de ces états étant extrêmement difficile.
Curieusement, cette méthode a été pratiquée surtout dans les pays européens comme l'Allemagne et la France, ou l'hypnose classique avait été abandonnée.
Elle avait jusqu'à présent peu de succès dans les pays anglo- saxons , plus favorables à l'hypnose, où pourtant est née une méthode que l'on peut qualifier d'anti-hypnotique : la méthode de Relaxation Progressive de JACOBSON.